A l’occasion de l’AG 2020 de l’UNAFOS, Philippe Maquin, son Président Fondateur en 2003 sous l’impulsion de la Branche (UFISS), a fait une déclaration solennelle en faveur d’un rapprochement rapide avec son confrère FPS.

Les enjeux du secteur de la sécurité privée dans son ensemble, des entreprises prestataires de sécurité comme celles de la formation, exigent une consolidation, une coordination. Bref, une unité sans faille pour relever durablement les nombreux défis auxquels nous faisons face. Je veux ici vous exposer mes convictions et ma vision d’un futur que je souhaite proche.

Il y a urgence, pour la branche Prévention-Sécurité, et avec le GES, à engager le chantier essentiel de la réforme de la formation en sécurité privée. Ensemble, nous devons faire front pour parler d’une forte et unique voix, notamment dans le cadre du nouvel écosystème, par certains points déstabilisateurs, né de la loi « Avenir professionnel ». Je n’en citerai à dessein qu’un seul, parce qu’il est emblématique entre tous : le chantier stratégique de l’apprentissage.

L’Unafos est née en 2003, à l’initiative de la branche elle-même, unie à l’époque au sein de l’UFISS fondée en 1992 par Claude Lévy, qui vient de nous quitter. Nous n’avons jamais cessé à l’Unafos d`être farouchement unitaires en paroles et en actes. Sans doute le temps n’était pas encore venu. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Qui oserait affirmer le contraire.

Les voies de l’unité ont été tracées avec le succès que l’on sait par nos confrères du GES. Ne pas les emprunter ici et maintenant serait une grave erreur. Cela nous conduirait à décrocher des avancées en cours, au détriment tant des entreprises de prestations de sécurité que de formation.

Voilà pourquoi, ce 12 octobre 2020, jour de la 16ème assemblée générale de l’Unafos, j’ai souhaité prendre les devants, auprès de vous, et vous indiquer notre orientation vers un rapprochement des organisations professionnelles de la formation en sécurité privée, à savoir de l’Unafos et du FPS.

Il faut que, début 2021, nous soyons en ordre de marche patronale unitaire. La formule a été appliquée avec des résultat probants par le GES : faisons de même pour aboutir à une organisation unique respectueuse de chaque spécificité et surtout dotée des moyens d’une gouvernance performante.

Il sera du ressort d’un comité de rapprochement Unafos-FPS, à constituer, de faire des propositions précises.

De manière strictement personnelle, qui n’engage donc que moi à ce stade, je suggère par souci d’efficacité que les organisations patronales représentatives de la sécurité privée – actuellement membres du collège « Syndicats patronaux représentatifs » de l’Unafos – reprennent, comme par le passé, leurs pleines responsabilités en acceptant de jouer un rôle majeur dans ce regroupement et sa future gouvernance consolidée.

Il me semble, en même temps, que la caractéristique spécifique de nos entreprises de formation, d’être soit indépendantes soit rattachées aux entreprises prestataires de sécurité, devra – c’est mon opinion – d’une manière ou d’une autre être prise en compte pour l’équilibre du nouvel ensemble. Il sera de la responsabilité du comité de rapprochement, sur ce sujet comme sur d’autres, de nous proposer la bonne formule.

Si, dans ce contexte, je ne briguerai évidemment pas la présidence de la nouvelle entité, je souhaite pouvoir continuer à y apporter toutes mes convictions, toute mon expérience et toute mon énergie.

Enfin, un dernier souhait : que le chantier de rapprochement s’ouvre au plus vite.

Rien ne doit s’y opposer, et encore moins que jamais les ambitions individuelles qui ont si souvent, par le passé, mis à mal l’unité d’action dans l’ensemble de notre profession.

Le temps de l’unité patronale dans la formation en sécurité privée est venu et j’ai la ferme conviction que nous allons y parvenir. Cela constituera un dernier hommage à notre père fondateur Claude Lévy, récemment disparu après une vie consacrée à l’unité de la profession.

Au travail, dans l’unité !

Philippe MAQUIN
Président de l’UNAFOS